juin 23, 2022

Kevin Bacon est terrifiant dans le teaser du film d’horreur Queer They/Them 

Par actudujour



Il dirige un centre de thérapie de conversion pour le créateur de Penny Dreadful, John Logan.

Peacock dévoilera le 5 août prochain They/Them, un film d’horreur dénonçant l’existence des camps de conversion de genre. Un sujet déjà traité au cinéma, par exemple dans le drame Come as you are avec Chloe Grace Moretz, qui est ici le point de départ d’un slasher. Kevin Bacon joue ainsi le directeur d’un centre où de jeunes gays sont envoyés par leur famille pour les « guérir » de leur orientation sexuelle (comprendre : les forcer à devenir hétéro). Au vu de ces premières images, les « thérapeutes » qui y officient semble plutôt vouloir les torturer, voire les tuer…

Le titre joue d’ailleurs intelligemment avec la question de genre : « They/Them » désigne les personnes non-binaires, mais il faut le lire ici « They Slash Them », soit « ils les trucident ». La vidéo est d’ailleurs découpée par ce même « slash », un côté de l’écran montrant une attitude « normale » pendant que l’autre nous dévoile son pendant flippant. Kevin Bacon est particulièrement inquiétant dans ce registre, avec son discours d’accueil qui se veut rassurant (« Cet endroit est sûr pour tout le monde ») appuyé par son sourire à la fin, alors qu’on a compris que la thérapie de conversion allait être dangereuse (mortelle ?) pour les jeunes qui y sont inscrits.

They/Them est le premier film de John Logan, le scénariste de Skyfall et créateur de la série Penny Dreadful. Anna Chlumsky, Carrie Preston, Theo Germaine, Quei Tann, Austin Crute, Monique Kim, Anna Lore, Cooper Koch et Darwin del Fabro complètent le casting face à la star de Footlose. Le réalisateur explique dans un communiqué accompagnant la diffusion de ce teaser : « They/Them a germé durant toute ma vie dans mon esprit. J’aime les films d’horreur, car d’aussi loin que je me souvienne, les monstres ont toujours représenté « l’autre ». En tant qu’enfant gay, je sentais puissamment que ces personnages qui étaient différents étaient aussi en marge de la société, interdits. Je voulais faire un film qui célèbre l’homosexualité sous toutes ses formes, tout en montrant des personnages que je ne voyais jamais à l’écran en grandissant. En sortant du film, j’espère que les gens se souviendront de l’amour incroyable que ces jeunes ont pour chacun d’entre eux, et comment cet amour a besoin d’être célébré et protégé. »

Peacock n’étant pas disponible en France, on ne sait pas encore quand, ni sur quel support (cinéma ou plateforme ?) sera diffusé ce film d’horreur.

5 bonnes raisons de commencer Penny Dreadful aujourd’hui





Notre Partenaire : 24h Actu

Source